Quel type de paléo vous ressource ?

Quel type de paléo vous ressource ?
Quel type de paléo vous ressource ?

On voit fleurir aujourd’hui les blogs, les sites et les livres sur les bienfaits du régime paléo. Ce qui est une très bonne chose, vu qu’un vrai régime paléo bien mené peut faire beaucoup de bien pour la plupart des gens dans nos sociétés occidentales. Mais, comme partout comme pour la famille des Pierrafeu il y a des profils différents. Regardez Fred et Barney. Vous pensez qu’ils ont les mêmes besoins nutritionnels? Sûrement pas! Il faut donc adapter le régime paléo.  Dans cet article je vous propose quelques pistes d’individualisation pour que votre essai soit fructueux et vous ressource.

egg flinstonesQu’est-ce que le régime paléo?

Je vais commencer par définir le paléo, de mon point de vue. Dans le régime paléo on mange des produits bruts, non transformés, dans leur état naturel, de qualité irréprochable, comme nos ancêtres.  Ce qui veut dire PAS de produits transformés, pas de plats préparés, pas de colorants, d’additifs, pas de sucre, pas de graisses trans. Mais alors que mange-t-on ? Des légumes, des bonnes graisses crues, de la viande, du poisson, des volailles, des œufs et un peu de fruits.*

Il existe plusieurs courants paléo.  Certains permettent les produits laitiers à base de lait cru, provenant d’animaux nourris à l’herbe (et pas de silo ou de soja OGM ;-) ; d’autres intègrent certains féculents. Comment savoir ce qui vous conviendrait ? tout dépend de votre optique.

Faire une cure paléo de 15 jours

Vous octroyer une petite cure de remise en forme, vous remettre d’une fatigue passagère, vous drainer doucement tout en vous ressourçant, tout cela est possible avec une petite cure paléo. Dans ce cas, le temps d’une cure de 15 jours, vous pouvez suivre les courants de paléo stricts, à base de protéines animales, de légumes, de graisses plutôt saturées, de fruits et vous pouvez garder les oléagineux à hauteur d’une poignée d’amandes tous les 2-3 jours. Après 15 jours introduisez lentement les produits laitiers à base de lait cru, provenant d’animaux nourris à l’herbe, 2-3 fois par semaines, puis ré-intégrez progressivement les féculents, d’abord les versions sans gluten, puis le gluten 2-3 jours par semaine.

Calmer un état inflammatoiresteak barney

Dans ce cas, tout dépend si votre problématique est récente ou ancienne. Pour un état inflammatoire récent vous pouvez procéder comme dans le paragraphe précédent, à une nuance près.  Après avoir réintroduit les produits laitiers de bonne qualité, et des féculents comme les pommes de terre ou le riz basmati blanc 2-3 fois par semaine, et les légumineuses 2 fois pas semaines, vous pouvez  prolonger l’expérience jusqu’à 3 mois, avant de repasser progressivement sur un mode alimentaire plus souple.

Une problématique plus ancienne et particulièrement une maladie auto-immune demande un traitement au cas par cas ; les conseils d’un thérapeute avisé sont nécessaires pour une efficacité optimale.  Dans ces cas, l’utilisation du bouillon thérapeutique, un choix fin des graisses et une réintroduction trèèèès progressive et bien étudiée seront également des facteurs de réussite.

Le régime paléo convient particulièrement aux profils métaboliques de type chasseur. Si vous vous sentez plus attiré(e) par les végétaux, vous pouvez moduler le régime paléo en privilégiant les protéines légères comme les œufs, le poisson ou le poulet, et vous pouvez après 15 jours intégrer des féculents 2-3 fois par semaine. Même dans ce cas n’oubliez pas les bonnes graisses, choisissez-les suivant votre envie et variez les sources jour après jour, alternant sources animales et végétales.

courses flinstones

Erreurs à éviter
  • Commencer sans savoir où l’on va peut conduire à un échec. Avant de vous lancer, prenez le temps de planifier vos menus et de faire les courses en conséquence.
  • Ne surdosez pas votre assiette en fruits. Rappelez- vous que l’essentiel de l’assiette sont les légumes, privilégiez les légumes frais locaux, de saison, si possible biologiques.
  • Ajoutez les bonnes graisses dans votre assiette, au minimum l’équivalent d’une cuillère à soupe à chaque repas ou 4 c à s par jour.
  • Si vous êtes attiré(e) par le cru, c’est tout à fait possible de construire une assiette paléo crue, mais cela se fait plus dans les saisons chaudes. N’oubliez pas les bons carpaccios ou les tartares de viande ou de poisson, et arrosez le tout de graisses crues. Important : ne prolongez pas l’expérience au-delà de 15 jours, sauf si vous avez un profil spécifiquement adapté au cru.
  • Ne consommez pas d’oléagineux chaque jour en grande quantité. Même si les blogs paléo regorgent de desserts plus appétissants les uns que les autres, limitez leur consommation à max. 5 fois par semaine.
  • Qui dit paléo, dit aussi mode de vie paléo : reposez-vous, jouez, faites des activités à l’extérieur pour profiter de la nature. Essayez le cross fit ou le trail, ou encore marchez, restez en contact avec la terre.
  • N’oubliez pas que M. Paléo n’avait pas de micro-ondes ou d’auto-cuiseur. Essayez de préserver les qualités nutritionnelles des bons aliments que vous avez dénichés  en utilisant la vapeur douce, le wok, le four doux et modérément le barbecue, si possible vertical,ou encore le diable ou le römertopf ou le tajine. Oui, bien entendu, ça change par rapport aux habitudes de nos ancêtres, mais il n’est pas interdit d’utiliser nos connaissances d’aujourd’hui pour se faire du bien.

Si vous manquez d’idées, faites un tour sur mon site, parmi les recettes vous trouverez

-  des pancakes
- une pizza
- des recettes de purées paléo
- un gâteau pas ordinaire
- une tartinade au potiron
et plein d’autres recettes qui pourront vous aider dans votre démarche.

Si vous cherchez à approfondir vos connaissances et vous souhaitez en savoir plus les adaptations possibles du régime paléo, je vous invite à un atelier cuisine sur ce thème  le vendredi 22 janvier de 10h à 14h. Nous parlerons du régime, nous cuisinerons, et nous mangerons ensemble. Aliments locaux, de saison, biologiques. Tarif : 58 € Nombre de places limité, inscrivez-vous vite!

 Informations et inscription : 06 76 88 80 42 ou conseilalimentation@gmail.com

 

* Eh oui, vous avez bien entendu, un peu. Saviez-vous que les fruits d’antan était des produits qui contenaient beaucoup plus de protéines et de graisses que leur cousins lointains d’aujourd’hui, bourrés de sucres ?  Saviez-vous que la pastèque par exemple était grosse comme une noix de coco et qu’il fallait l’ouvrir avec une hache ? OU que les fruits étaient minuscules, plus acides et plus amers que sucrés ? Donc se bourrer de fruits tout au long de la journée au lieu de manger des légumes n’est pas une si bonne idée que ça, même si on mange paléo. A la longue cela peut devenir contre-productif et produire des effets contraires aux effets recherchés.

 


Leave a reply: